samedi 30 novembre 2013

Format de fichier: raw ou jpeg ?

La plupart des appareils photo dits "reflex" permettent d'enregistrer les photos sur la carte sd au format RAW ou JPEG voir les deux. Quand on enregistre une image, une compression pour gagner de la place doit être effectuée. Il existe deux types de compression : destructive et non destructive.

Le format JPEG utilise une compression destructive, ce qui littéralement, va altérer la qualité visuelle de l'image. Un artéfact viendra transformer l'image pour y appliquer un genre de grille définissant des motifs de plus grande taille qu'un pixel et ainsi stocker des motifs approximatifs plutôt que l'information exacte. Le pire dans cette compression, c'est l'altération systématique à chaque enregistrement du fichier ce qui au final aura totalement détruit une image. Je n'utilise que très rarement le format JPEG et uniquement dans des cas ou le fichier n'a plus besoin d'être modifié.

Chocolaterie

Le format RAW est bien plus intéressant pour le photographe soucieux de conserver un fichier inaltéré. Les données sont stockées telles qu'ils ont été lus (sans modifications visuelles), mais en plus certains paramètres de la prise de vue sont stockés séparément ce qui permet des modifications (la balance des blancs par exemple) après avoir pris la photo. Le fichier RAW est différent d'un fabricant d'appareils photo à un autre et porte des noms différents (dans le cas de Nikon, il s'agit de fichier *.nef) les constructeurs distribuent les outils permettant de lire ces fichiers, mais généralement pas ce qui permet de les créer et de les écrire.

Chocolaterie

La différence de taille fichier entre JPEG et nef sur mon Nikon d3200 est d'environ 100%. un fichier JPEG de 10 Mo en RAW chiffre à environ 20 Mo. Personnellement, j'enregistre systématiquement JPEG+RAW sur la carte sd, ce qui est en réalité peu utile vu que je ne travaille qu'avec les formats RAW. Le seul avantage que j'y trouve est de pouvoir ouvrir rapidement une photo (le format RAW est long à lire) pour l'examiner.

La plupart des logiciels d'assemblage (PhotoMatix donc^^) prennent en charge  les formats natifs RAW (Nikon, Canon, Pantax, et d'autres). Assembler une photo hdr sur la base de fichier JPEG, c'est perdre n-fois de la définition. Chaque photo étant comprimée et donc altérée de manière différente, ces différences ce cumuleront dans le cliché final. Privilégiez au possible l'assemblage avec les fichiers RAW si vous souhaitez garantir un visuel nickel.

 

Et quand est-il des fichiers après modifications ?

À noter que temps que je travaille sur la photo, je la stocke avec le format intégré (natif) du logiciel avec lequel je travaille (*.psd pour Adobe Photoshop, *.cpt pour Corel Photo-Paint). Ces formats ont l'avantage de stocker tous les fonctionnalités et réglages propres au logiciel de retouche.

Une fois la photo terminée,  j'ai longtemps stocké mes images au format *.png (non destructif) mais depuis peu j'ai basculé au format *.tif (qui dispose de quelques avantages non négligeables comme le stockage des données exif). En revanche, j'y ai perdu en espace disque, une seule photo hdr prend environ 70 Mo d'espace disque.

Réaliser une photo c'est bien, ne pas l'altérer, c'est vraiment parfait :)

L'histogramme en hdr

Quand on assemble une image, un élément de travail très utile est l'histogramme. Celui-ci a pour objectif de vous apporter une mesure "visuelle" de la quantité de pixels en fonction de la lumière.

Un histogramme se présente le plus souvent sous la forme d'un graphique. À gauche les ombres et à droite les lumières. si votre histogramme plafonne à droite ou à gauche, c'est que la photo a des zones brûlées (normal avant assemblage) ce qui compte c'est d'avoir suffisamment de photos pour couvrir l'ensemble de la gamme de lumière sans tronquage

 

Pont Alexandre III 6_12160 Pont Alexandre III 6_12167
image image

L'histogramme d'une photo hdr est très caractéristique. Il a fréquemment la forme d'une courbe de gausse et ne devrait jamais avoir de plafonnage dans les zones claires et sombres.

Pont Alexandre III 6

image

Pratiquement tous les logiciels de traitement d'image (Bon d'accord, peut-être pas Paint ^^) disposent d'un affichage histogramme. Rien qu'en observant le graphique des photos que je m'apprête à assembler, je suis en mesure de dire si elle sera complète ou non. C'est pratique et facile.

Elles sont super tes photos, t’appliques quoi comme filtre pour obtenir cet effet ?

Ah ah, cette question, on me l'a posé des dizaines de fois. La plupart des personnes pensent que les photos hdr sont "trafiquées" (affreux mot pour décrire l'art qu'on ne comprend pas), on y appliquerait des filtres (des gros et méchants filtres bien épais et gras à la "instagram"). Eh bien non, le filtre "hdr" ça n'existe pas. Si ta photo est loupée, peu importe le filtre, elle restera loupée, avec ou sans filtre, comme la cigarette bio ^^

Mais cette question a le mérite d'en soulever une autre, celle de définir la frontière entre le réel et l'art. La différence qu'on trouve entre une captation mesurée de la réalité et l'interprétation qu'en a faite un appareil ou un artiste.

Un filtre est par définition, une transformation de l'information, on supprime ou on ajoute quelque chose, dans les deux cas, on modifie l'information avec l'aide d’outils externes. On pense, à tort, qu'il faut appliquer un filtre pour pouvoir dire d'une photo qu'elle n'est pas "naturelle", qu'elle est retouchée.

La notion même de photo "retouchée" est infiniment complexe et engendre des débats sans fin. De l'application d'un simple filtre, au redessin complet de la totalité d'un ciel, la retouche peut-être détail comme pièce maitresse d'une oeuvre.

Station Arts et Métiers 2

Un photographe, quand il choisit délibérément de pratiquer de la photo noir et blanc retouche sans l'admettre la réalité. Il existe mille façon de calculer un noir et blanc. Une moyenne proportionnelle de rouge+vert+bleu, un glissement de teinte, un tronquage. Un autre photographe, quant à lui, travaillera le cadrage. Il cadrera au moment de prendre la photo, il la recadrera peut-être après développement. On peut dire que lui aussi modifie la réalité. Il sélectionne une partie du monde en faisant abstraction volontairement du reste. On peut dire que d'une certaine façon, il retouche, il filtre sa réalisation dans l'objectif de correspondre à sa vision de la réalité.

Une photo hdr tend quant à elle à exposer un maximum de cette réalité et jeter ce qui n'a pas été convenablement mesuré: les brûlures, les zones sous-exposée et surexposée. D'une certaine manière, la hdr est plus proche de la réalité que ne l'est une photo ordinaire, ou du moins, elle en apporte une représentation plus complète.

Maintenant, si on me demandait de définir mon travail, je dirais que je crée des images basées sur des photos hdr. Parfois aucune retouche n'est nécessaire après assemblage (ce qui est quand même rare) et d'autres fois, je passe des heures à effacer des mégots de cigarettes, des piétons ou des caténaires de trolleybus dans une rue. Je retouche mes photos pour qu'elle corresponde à la vision que j'en ai et je supprime les éléments qui la dénaturent. Malheureusement, je n'ai toujours pas trouvé le filtre "faire des jolies photos trop cool" qui fait ce travail à ma place. Chaque photo étant différente, chaque correction le sera également.

Je ne trafique pas mes photos, je les rends sincères d'une réalité que j'aime.

La photographie hdr, qu'est-ce que c'est ?

Selon Wikipédia, il s'agit d'image à grande gamme dynamique permettant d'obtenir des images avec un plus grand nombre de niveaux d'intensité lumineuse que pour une photo ordinaire . L'objectif de ce billet n'étant pas de recopier Wikipédia, je vais tenter de vous l'expliquer avec des exemples.

Quand on photographie une personne, par exemple au bord de la mer. En règle générale, on règle les paramètres de l'appareil pour obtenir une exposition optimale sur le visage de la personne. En faisant ça,le ciel perd sa texture et est surexposé. Une personne bien éclairée sur un ciel brûlé. Le tragique destin de la photo ordinaire.

Il est très difficile d'obtenir en une seule photo, un ciel bien texturé (bien exposé) et un sujet d'avant-plan, tout aussi bien éclairé. L'idéal, serait de faire une photo du ciel, une photo du sujet et d'assembler le tout en un seul cliché. Le principe de la photographie hdr est là. Une photo a pratiquement toujours des zones sous-exposées (des aplats noirs) ou des zones surexposées (des aplats blancs) parfois même les deux ^^.

L'idée est de prendre donc plusieurs clichés en modifiant l'exposition entre chaque prise de façon à garantir que chaque zone (ciel, sujet, sol, etc.) figure sur au moins un cliché sans être brûlée (on parle de brûlure en photographie quand une zone est noir uni ou blanc uni, sans texture).

Église de la Madeleine à Paris 23 décembre 2011
Église de la Madeleine 5_18267
Compensation exposition –2.7
Église de la Madeleine 5_18271
Compensation exposition 0
Église de la Madeleine 5_18274
Compensation exposition +2

Une photo hdr est donc une photo sans surexposition ni surexposition. Mais c'est surtout le résultat d'un assemblage de plusieurs clichés. La combinaison, la superposition et la décision de prendre l'information d'un cliché plutôt qu'un autre sont effectuées par un logiciel spécialisé. Personnellement, et ce après avoir testé quelques applications, j'ai fini par utiliser PhotoMatix écrit par HDRsoft.

Église de la Madeleine 5

Certains appareils photo intègrent une fonction dite de "bracketing" qui permet la prise de ces clichés automatiquement, c'est alors l'appareil qui se charge de modifier la compensation de l'exposition et pas l'utilisateur. On peut dans une certaine mesure y gagner en confort d'utilisation, mais, je pense, y perdre en finesse de réglage. J'espère avoir l'occasion de vous le démontrer plus en détail à l'occasion.

On trouve aussi une fonction très pratique sur smartphone (iPhone, Androïd) permettant d'effectuer la prise multiple et l'assemblage automatique, ce qui améliore grandement la qualité des images. C'est une fonctionnalité hdr tout ce qu'il y a de plus honorable (que j'utilise pour faire des photos très ordinaires) malheureusement, là aussi en y gagnant en confort d'usage, on y perd en finesse du paramétrage.

En résumé, la photo hdr c'est une un assemblage de plusieurs en ne conservant que le meilleur de chaque cliché.

Pourquoi ce blog ?

J'ai toujours été très attiré par l'esthétique, que ce soit en art, dans l'industrie, et par l'équilibre visuel des choses dans la vie en général. Aussi loin dont je puisse me souvenir, j'ai dessiné, retouché et créé. D'abord, de manière très primaire sur mon commodore 64 avec des logiciels comme printfox ou koalapainter (les plus vieux devraient connaitre ^^) et par la suite, sur pc avec des outils comme CorelDRAW!.

Je peux me vanter de faire partie de cette génération qui a connu les tout-tout premiers appareils photo numériques. Des premiers 320x240px bricolés et connectés en sériel à l'ordinateur en passant par mon premier Olympus (un suceur de batterie supra-atomique) à la résolution naissante de 1280x1024px. Je pratique la photo numérique depuis 1995.

En 2011, j'ai fait l'acquisition d'un appareil photo reflex (un flambant Nikon d3100 extraordinaire, avec un objectif 18-200mm) j'avais pratiqué la photo jusque là avec des petits appareils automatiques. L'entrée dans le monde du "reflex" était pour moi une toute nouvelle expérience. Au début, c'est idiot, vous en conviendrez, c'est le bruit du reflex quand on prend une photo qui me faisait rêver. Je n'avais jusque là aucune connaissance sérieuse en photographie. Des termes comme ouverture, temps d'exposition, iso, focal, etc. me passait largement au-dessus. Quelle idée ai-je eu ce jour-là en achetant cet appareil photo qui modifia définitivement ma façon de voir le monde.

Pont Alexandre III 7-1200

Dans la même période, j’ai découvert une nouvelle technique, la photographie hdr. Un nom obscur, pour définir une méthode de prise de vue permettant de réaliser des clichés à la teneur visuelle sans égale. Une esthétique à mes yeux, qui changeait radicalement la notion de "photo" en permettant de révéler des détails qu'on ne remarquait pas ou qu'une méthode classique ne permettait pas de mettre en lumière. Ma passion pour la hdr est née à cette époque.

Depuis, je creuse, j'étudie le sujet, j'essaie d'améliorer constamment la technique, d'abord en comprenant et en apprenant à me servir de mon appareil photo, et ensuite par la création d'un savoir-faire lors de l'assemblage de la photo et de retouches finales, que je ne cesse de faire évoluer chaque jour.

3 ans après ma toute première photo hdr, j'ai fini par trouver pas mal d'astuces sur le sujet. J'ai également mis le pied à l'étrier de beaucoup de mes amis, et je pense qu'il est temps, aujourd'hui, de partager cette passion avec le web. J'espère en créant ce blog, réussir à provoquer des discussions, découvrir d'autres personnes captivées par ce sujet et surtout, susciter un peu d'intérêt pour mon travail. Bonne lecture à vous :)